LE MATIN DES ENERGIES N°1.jpg

Le bonheur de vivre : photographe, poète et auteur de pièces de théâtre, ce peintre recrée une société qui n'appartient qu'à lui, où les personnages imaginaires sont poussés par un indicible besoin d'amour. 

Des immeubles vacillants, des guirlandes, des lumières, des oiseaux, un homme à cheval sur un lampadaire, des saltimbanques, des gens du voyage, témoignent d'une infinie tendresse dans cet univers au caractère passéiste et symbolique, qui compte sur les déformations pour libérer un véritable courant vibratoire. Mais sans anamorphose, avec la volonté d'exalter l'amour et la liberté dans un espace ou les couples affichent leur bonheur. 

La franchise du coloris au service d'une iconographie très riche exacerbe ce phénomène de radiance expressionniste et de déformations qui, finalement, stimulent la bonne humeur et l'humanité. Et ces images pleines et flamboyantes peuvent être décodées comme une projection dans le paysage fantasque de Philmer qui cultive un jardin secret, peuplé de gens délibérément heureux. 

La torsion des formes permet de révéler une instabilité et un vitalisme capables de s'ouvrir à des évocations plus spirituelles. Une œuvre finalement pleine de jubilations et d'évocations qui a fait une belle cote, en octobre 2019, à l'hôtel Drouot.

Œuvres