O+� tout, tout te scie - Gouache, pastel et fusain sur papier_50x65cm_2016, Tatjana Sonjov

Scruter le fond de sa tasse de café et y voir des visages familiers. Laisser ses yeux se promener dans le ciel, et se remémorer un temps, des images oubliées. Il n'y a pas dans la démarche de Tatjana Sonjov, une vérité qui prime sur les sens, une rationalité qui malmènerait l'imagination.

 

Dans ses paréidolies, elle garde pour l'autre la place, de suivre le chemin de ce qu'il perçoit et de ce qu'il est. Il y a d'abord dans son travail, cette relation au matériau humble. 

Le papier, le tissu et la gouache, qui donne corps à des intervalles surréels d'empreintes. Un rapport sensuel au fusain et au pastel travaillés lentement par la main. Leurs couleurs et textures s'accrochent à la peinture, comme des îlots de perceptions. Dans les veines et fêlures de leur peau, s'éveillent autant d'histoires en un même lieu. A travers le souvenir et l'oubli, Tatjana Sonjov explore les heurs de l'existence, toujours dans un élan de vie. Et ici, chacun peut s'évader, comme dans les encres de Rorschach, avec des titres valises en poche. 

Des mots qui jouent, des mots tiroirs. « L'art nous est donné pour nous empêcher de mourir de la vérité », écrivait Nietzche. En mobilisant les sens et leurs mémoires, Tajtana Sonjov éveille des territoires de l'ordre de l'intime. Des émotions vécues, fantasmées, secrètes ou partagées, pour chacun singulières.

Œuvres